Bonjour

Attention!

Si vous voyez ces lignes, votre explorateur n'est probablement pas compatible avec les feuilles de styles CSS.
C'est notemment le cas d'Internet Explorer 5 sous Mac. Désolé.
Vous pouvez essayer de télécharger FireFox, il semble qu'il fonctionne très correctement.
Merci
Babouze.

Ubuntu

mardi 10 mai

Pourquoi voter "Oui" quand on est plutôt "Non"

Par : Bastien F

  Un argumentaire que je trouve très intéressant, l'éditorial de la revue Alternatives économiques (revue plutôt très à gauche).

Posté par Bastien F à 13:21 - Les Oui se titillent... - Commentaires [8] - Permalien [#]

Commentaires

    vendredi 12 octobre à 19:02

    J ai appréciée visiter votre site qui est très instructif, bonne continuation.

    J ai appréciée visiter votre site qui est très instructif, bonne continuation.

  • mardi 10 mai à 17:26

    Argumentaire est un mot un peu fort pour ce texte. Il fournit une explication historique sur pourquoi le traité de Nice n'est pas bon et pourquoi celui-ci est plutôt bancal (sic).

    Et puis on saute directement à "Le bilan reste toutefois incontestablement positif, en comparaison du traité de Nice." sans plus d'argument. Et la conclusion "Votez Oui".

    C'est un peu court ! Mais comme il s'agit d'un résumé, je pense que l'article complet est plus détaillé et surtout mieux argumenté.

    En tous cas, c'est incroyable le nombre de gens qui vont aller voter Oui à contre coeur ! On a l'impression de se retrouver aux dernières présidentielles : un choix sans passion parce que sinon c'est le chaos !
    C'est l'Europe en trainant les pieds, quelque soit le bord où on est. Un peu désespérant, ce manque d'enthousiasme.

  • mardi 10 mai à 18:30

    Le chaos ? Plutôt l'inconnu. C'est différent.

  • mercredi 11 mai à 06:55

    Ici aussi il y a des textes interessants :
    http://questionscritiques.free.fr/index.htm

  • mercredi 11 mai à 09:16

    Juste pour rigoler un peu, une autre interview de Jacques Delors un peu moins enthousiaste !

    http://www.nonsocialiste.fr/article/articleview/876/1/328/

  • mercredi 11 mai à 18:59

    ben oui.

    tu as raison antonomase, ca n'a rien d'enthousiasmant de voter OUI. car en votant oui, on ne donne pas son avis, on n'emet pas de critique. ca donne l'impression d'adopter le texte en entier, en approuvant inconditionnellement le boulot de Giscard. Je comprend que ça fait mal au cul.
    alors qu'en votant NON, on critique le texte, on emet une opinion (reste à la déchiffrer, car le NON est multiforme), c'est beaucoup plus satisfaisant.
    mais finalement, personne ne sait si le NON aurait des effets positifs, négatifs ou nuls (j'ai tendance à pencher pour cette dernière option).
    je trouve que les effets du OUI, surtout à long terme (une génération) iront vers plus d'interdépendances, d'échanges d'idées, de métissages, de nouveautés que si le NON passe.
    ca ressemble effectivement au 2eme tour de la presidentielle, je choisis la moins mauvaise solution.

  • jeudi 12 mai à 11:00

    Le "boulot" de Giscard ?

    Aux derbières nouvelles, il n'était pas tout seul, ils étaient plus de cent avec lui à plancher dessus.
    Même s'il a tendance à essayer de tirer la couverture à lui.

  • jeudi 12 mai à 18:10

    Non, pas comme en 2002 !

    Je trouve un peu exagéré de comparer le choix entre le "oui" et le "non" au référendum au choix entre Le Pen et Chirac à la présidentielle de 2002... Je n'ai pas voté pour Chirac avec résignation : j'ai voté pour Chirac avec rage ! Cette fois, je vais voter "oui" avec espoir. Ce texte n'est pas merveilleux mais il me semble très supérieur à l'existant : plus clair (même si parfois encore, même pour "l'expert", un peu confus), plus lisible (même si encore très difficilement lisible), plus démocratique (dans la définition des circuits de décision), plus social (on peut gloser à perdre haleine sur la nécessité ou pas de faire figurer la partie III dans la Constitution, il n'empêche qu'elle est plus protectrice des droits sociaux et des services publics, surtout pour les pays nouveaux entrants, que les traités existants, auquels nous reviendrons si le "non" l'emporte"), affichant des valeurs qui ne sont pas seulement celles de l'économie de marché. Bref, je vais voter "oui" parce que je crois que ce texte va dans le bon sens. Qu'il offre un espace politique à investir. Et que cet espace j'ai envie de m'y investir. Parce que si l'on veut véritablement combattre les effets nocifs du capitalisme dérégulé, c'est là que cela se joue. Suis-je naïf ? Sans doute.

Poster un commentaire